Maladie, violence, alcool, drogues…Et j’en passe sont des événements qui ont rythmée mon enfance. Étant fille unique, j’ai porté tous ces fardeaux seule sans en parler à personne. Je me sentais vulnérable et pour me protéger j’ai développé une carapace. Pire je n’étais pas moi-même et me comparais sans cesse aux autres. Cependant rassurez-vous aujourd’hui malgré toutes ces épreuves je suis heureuse et en paix avec moi-même. Mieux, mon passé est devenu ma force, je l’utilise pour persévérer dans mes projets et devenir une meilleure personne. Mais comment ai-je fait? Comment suis-je passée de la petite fille introvertie, peu sûre d’elle à la femme d’aujourd’hui épanouie et accomplie?

Et bien, je suis devenue résiliente. Cela signifie que j’ai surpassé les événements traumatisants de ma vie. J’ai appris à résister au stress, à l’adversité et j’ai transformé mes émotions négatives en quelque chose de positif. Plus précisément j’ai appris de mon passé pour y voir que des leçons de vie.

Il existe beaucoup de modèles de résilience incroyables. Mon préféré reste celui d’Oprah Winfrey. « J’ai grandi dans un environnement où les enfants n’étaient ni vus ni entendus. On me frappait régulièrement. Jusqu’à l’âge de six ans, je vivais chez ma grand-mère. Une fois, elle m’a vue jouer avec l’eau que j’étais allée récupérer dans un sceau. Elle n’a pas aimé et m’a battue jusqu’au sang. Et comme le sang se voyait au travers de ma robe, elle m’a frappée de nouveau pour avoir trop saigné ». Mais ce n’est pas tout… Elle confia avoir été victime de viol par plusieurs membres de sa famille et par un ami dès l’âge de 9 ans. Elle finira même par tomber enceinte de l’un de ses agresseurs à 14 ans. En l’apprenant, sa mère la chassa du domicile et elle fût envoyée chez son père, qu’elle connaissait à peine. Là-bas, son bébé mourra…Pourtant elle ne s’est pas laissée abattre par tous ces traumatismes. Au fil des années, Oprah multiplia les discours et les conférences pour donner de l’espoir autour d’elle, et affirmer que tout est possible. Puis fonda même son propre talk show. Cette femme souhaite prouver que ce n’est pas la façon dont on commence qui importe, mais la façon dont on termine. « Je ne me vois pas comme une fille du ghetto qui s’en est sortie. Je me vois comme quelqu’un qui, très tôt, comprit que j’étais responsable de moi-même, et que j’avais l’obligation de m’en sortir ». J’ai oublié d’ajouter qu’elle est devenue la première femme noire milliardaire et la femme la plus riche des États-Unis. Incroyable non?

Laissez-moi vous parler d’un autre parcours résilient qui risque de vous marquer. Celui de Philippe Croizon.

En 1994, Philippe est victime d’un terrible accident. Alors qu’il tente de retirer l’antenne de télévision du toit de sa maison, il subit une violente électrocution. 20000 volts lui traversent le corps pendant 20 longues minutes et le carbonisent littéralement. Philippe est emmené aux urgences. Il fera 2 arrêts cardiaques et subira 4 amputations. Quand il reprend connaissance, il n’a plus ni bras, ni jambes. A ce moment-là, il veut mourir. Mais pour ses proches – et ses deux jeunes enfants en particulier – il va se battre. Ainsi, un jour à l’hôpital alors qu’il suit à la télévision les exploits d’une jeune nageuse – Marion Hans – qui effectue la traversée de La Manche à la nage. Pour la première fois, Philippe oublie sa condition de malade amputé des 4 membres et se dit : pourquoi pas moi ?

Devinez la suite… Après 2 ans d’entraînement acharné, le 18 septembre 2010, équipé de prothèses et d’un équipement conçu sur mesure, Philippe remporte son pari en touchant le sol anglais au bout de 13h26. Un exploit qui en amènera d’autres !

Pour Philippe, le mot impossible n’existe pas.Celui que rien n’effraie a aussi sauté en parachute, connu l’aventure du Paris-Dakar,… Conférencier et porte-parole de la cause handicapée, il met son expérience au service de tous ceux qui souffrent et se bat pour faire évoluer le regard des valides sur les porteurs d’un handicap. Jusqu’il y a peu, il animait d’ailleurs une chronique dans Le Magazine de la Santé, de Michel Cymès et Marina Carrère d’Encausse.

Ce que je cherche à vous faire comprendre à travers ces exemples c’est que peu importe ce qu’il s’est passé dans vos vies. Rien n’est irrémédiable, vous pouvez inverser la tendance !

Maintenant que vous comprenez mieux le terme « résilience » et que vous avez pris conscience de la puissance qui réside en nous tous, passons aux 5 points qui vous permettront de développer la vôtre :

1.Trouver un but de vie

En cas de traumatisme, la recherche d’un but peut jouer un rôle important dans le rétablissement. C’est ce qu’à fait Oprah avec ses talks shows, Philippe avec les sports extrêmes et j’ai moi-même suivi cette direction en créant Emanation Positive. Écoutez votre cœur, qu’aimez-vous faire dans la vie? Quelle(s) cause(s) souhaitez-vous soutenir?

2. Être plus positif

Avoir une attitude positive au quotidien est essentielle pour pouvoir être une personne résiliente. Entourez-vous de sources inspirantes sur les réseaux sociaux et restez qu’avec des personnes qui vous poussent vers le haut. pratiquez les affirmations positives et créez-vous une vision board avec des images d’éléments qui vous passionnent (voyages, restaurants, sport…). Je suis consciente qu’il est plus facile de lire tout ça que de le mettre en pratique, c’est pour cette raison que j’ai créé le journal Loi de l’attraction. Constitué d’exercices il vous permettra d’attirer du positif dans votre vie !

3. Apprendre des situations négatives

Nous devons analyser ce qui nous est arrivé, aussi grave soit-il, et en tirer des enseignements. Qu’est-ce que tout ceci vous a appris? Qu’allez-vous mettre en place maintenant ?. Pour vous donner un exemple, mes nombreuses transfusions sanguines à l’hôpital m’ont appris à quel point la vie est courte, il faut en profiter au maximum pour réaliser tous ses buts et veiller sur les personnes chères à nos yeux. Mais aussi être sincère avec les gens et leur témoigner de l’amour tant qu’il en est encore temps! Cette expérience fut nécessaire pour que j’arrête de me plaindre inutilement alors qu’il y a beaucoup plus pire. Ce que j’ai mis en place c’est mon changement d’attitude, je suis beaucoup plus solaire et bonne vivante qu’avant ! Je me rends tous les jours compte à quel point j’ai de la chance et j’éprouve énormément de reconnaissance. Pour finir, je n’hésite plus à dire à mes proches que je tiens à eux et que je les aime.

4. Apprendre à se connaitre

Se connaitre ce n’est pas seulement savoir qu’elle est sa nourriture préférée ou sa couleur favorite, se connaitre, c’est savoir ce qui nous rend heureux et ce qui nous met en colère. C’est savoir quels sont nos idéaux et nos valeurs dans la vie. En vous connaissant, vous ne pouvez qu’être plus fort(e) car vous connaissez votre valeur, vous avez confiance en vous et vous savez ce que vous voulez dans la vie. Pour me connaître je me suis posée de nombreuses questions sur mon passé, présent, avenir… Et j’ai réalisé de nombreux exercices. Tout est réuni aujourd’hui dans mon guide d’introspection.

5. Éloignez-vous de tout ce qui pourrait être toxique

Cela peut paraître logique mais dans les faits ce n’est pas aussi simple, surtout si vous dépendez de quelqu’un. À l’époque, la source de mon problème était ma famille or je vivais chez mes parents et n’avais pas d’argent pour déménager ou vivre ailleurs. La solution? J’ai attendu une opportunité et lors de mes vœux parcoursup j’ai demandé des écoles à Toulouse. Et devinez quoi? Quelques mois après j’emménageais à Toulouse. J’avais des bourses et des aides donc c’était l’opportunité pour moi de sortir de ce climat familial toxique pour démarrer une nouvelle vie. Ainsi, prenez votre mal en patience, vous ne pourrez pas toujours vous éloigner de la source du problème tout de suite, mais le jour où vous en avez l’opportunité, foncez!