Suite à de nombreuses demandes je vais vous partager aujourd’hui mon parcours face à l’intestin irritable et ce que je fais aujourd’hui pour soulager les symptômes en espérant que cet article puisse vous aider.

Pour commencer, il faut savoir que depuis petite j’ai toujours eu le ventre «sensible», j’étais souvent constipée et mon ventre gonflait rapidement mais ma mère me disait que c’était juste une question d’organisme.
C’est à partir de 2019 que j’ai commencé à m’intéresser de près à ma pathologie car les symptômes devenaient de plus en plus gênant.
En effet les symptômes ont beaucoup évolués au fil des années. Aujourd’hui lorsque je mange des aliments que je ne digèrent pas, je peux par la suite faire une petite migraine, avoir une poussée de boutons sur le visage, des squames dans les cheveux… En plus du ventre gonflé,de la constipation et des selles molles.

Quand ai-je commencé à me questionner sur mon corps?

J’ai tenté de remonter le temps, pour me rappeler des premiers gros symptômes qui m’ont frappés il y a quelques années et du long diagnostic.

Avril 2019 – Mon premier déclic. Alors que je suis tranquillement en train de travailler, j’ai la sensation que quelque chose d’anormal se passe dans mon ventre. Plus que des ballonnements je commence à avoir des crampes douloureuses. Cela a recommencé encore et encore jusqu’au moment où je décide d’aller faire une prise de sang et prendre rendez-vous chez un médecin.
Résultat, rien de trouvé dans la prise de sang, tout va bien et le médecin me prescrit du charbon actif.

___

Mai – septembre 2019 – Bizarrement plus de crampes depuis que je fais un peu de sport et que je prends du charbon actif. Cependant je commence à être fortement ballonnée en haut du ventre au niveau de l’estomac.
Je ne panique pas et me dis simplement que c’est parce que je mange gras et donc que je digère mal.

___

Octobre – février 2020 – Je commence à changer ma façon de m’alimenter, j’essaie de plus écouter mon corps et de prendre soin de moi. Mais je suis de plus en plus fatiguée et la sensation de gêne en haut du ventre persiste, en plus de ça ma peau commence à avoir quelques boutons et des squames apparaissent sur mes cheveux de temps en temps.
Je décide d’aller voir un autre médecin bien décidé à mettre un nom sur ma pathologie et surtout guérir.
Un médecin finit par m’expliquer que j’ai une «gastrite» et qu’avec les médicaments qu’il va me donner tout va rentrer dans l’ordre.

___

Mars – Juillet 2020 – Les médicaments ne m’ont rien fait et le problème est toujours là. Je re décide de changer ma façon de m’alimenter, puis je cherche dans des forums des personnes ayant les mêmes symptômes que moi et je tombe sur des termes comme «dyspepsie fonctionnelle», «intestin irritable».
Je prends de nouveau rendez-vous chez des médecins et je demande cette fois-ci à avoir un scanner et une échographie. Lors de ces examens, le médecin me dit qu’effectivement j’ai l’estomac irrité à cause d’une gastrite.
J’ai des aliments à proscrire et un nouveau traitement.

___

Août – décembre 2020 – Je commence à être désespérée car je suis souvent fatiguée, j’ai des maux de tête, mes selles sont souvent anormales, j’ai des troubles de l’humeur et de la fatigue chronique…
Le médecin décide de me parler de différents régimes alimentaires (comme les FODMAP) que je teste et en parallèle je fais une gastroscopie chez un gastro-entérologue (le temps d’avoir un rendez-vous et de faire l’examen quelques mois se sont écoulés). Bingo, les résultats tombent je vais enfin savoir ce que j’ai. Il s’avère que j’ai un hélicobacter Pylori. Mais pas de panique des traitements existent. Je suis un lourd traitement pendant 2 semaines (13 médicaments par jour) mais après quelques jours mes symptômes réapparaissent. Je jette l’éponge côté médical et me dis que je dois vivre avec cette pathologie.

___

Décembre – Mai 2021 Je décide de me tourner vers la naturopathie pour me soigner naturellement, j’adopte aussi une meilleure alimentation et consomme régulièrement des produits bons pour mon corps.
Je découvre la réflexologie qui me fait beaucoup de bien mais malheureusement ça devient chère pour moi (60 euros par séance et plusieurs fois par mois). En parallèle je teste la méditation et j’apprends à plus m’écouter et me comprendre et pour se faire je réalise une introspection et un bilan de ma vie.
Les crises continuent mais moins qu’avant et j’arrive à les gérer.
J’évite tous les aliments susceptibles de me faire mal au ventre.
Je découvre les huiles essentielles et je m’aide un peu de leurs bienfaits pour aller mieux.

___

Mai – décembre 2021Je connais mieux mon corps et je fais moins de crises (excepté lorsque je me lâche au restaurant et que je stresse).
Je vais quand même voir un nouveau gastroentérologue et lui explique mes symptômes. Après une échographie et étude de mon dossier il m’explique que j’ai une dyspepsie fonctionnelle dû à un syndrome de l’intestin irritable. Il suspecte aussi la bactérie qui est logée dans mon estomac de ne pas être totalement partie mais m’explique que même si on l’enlève j’aurais probablement les même symptômes car le problème initial ne vient pas de cette bactérie.
Pour finir, je fais une liste de tous les aliments que j’ai du mal à digérer.

___

Janvier 2022 a aujourd’hui J’ai décidé suite à l’ordonnance du gastroentérologue de passer un test en laboratoire pour savoir si j’ai encore la bactérie et il s’est révélé négatif.
Je fais des crises uniquement lorsque je mange les aliments de ma liste noire (comme les plats épicés, les aliments à base de lactose, certains fruits acides, le soja…Etc).
Désormais je connais mieux mon corps et fait en sorte de l’entretenir.

Il m’arrive encore de faire des crises mais c’est entièrement de ma faute, car c’est uniquement lorsque je consomme des aliments prohibés par mon corps. Ayant mangé tout ce que je voulais depuis petite, du jour au lendemain me demander de ne plus manger tout ce que j’aime est compliqué… Mais j’y travaille car je n’ai pas vraiment le choix, c’est une nouvelle routine à adopter.

As-tu des conseils ou astuces pour limiter les symptômes ?

Attention je ne suis pas médecin, chaque corps est différent et les astuces qui marchent sur moi ne fonctionneront peut-être pas sur vous.

1. La liste d’aliments à éviter


Le premier conseil que je pourrais vous donner est d’essayer d’écouter et de comprendre votre corps en créant une liste d’aliments à éviter. Si vous voyez que vous ne digérez pas les plats épicés par exemple ne vous amusez pas à en manger. Si les tomates vous irritent les intestins évitez-les…
C’est facile dit comme ça mais c’est difficile de prendre le temps d’apprendre à connaître son corps et surtout de respecter ses besoins.
J’ai mis pratiquement 6 mois pour instaurer cette liste et surtout bien la respecter. Et pour autant je me permets quand même quelques écarts de temps en temps.
Vous verrez qu’en excluant certains aliments vous irez déjà beaucoup mieux.

2. Les huiles essentielles

La plupart du temps, j’achète mes huiles essentielles en pharmacie.

Les huiles essentielles m’aident beaucoup à gérer et prévenir certains symptômes. J’en ai parlé plus haut mais il m’arrive lorsque je mange des aliments inappropriés, d’avoir des irritations (boutons) sur le corps, des squames sur les cheveux et des maux de tête.
Dans ce cas, je mets régulièrement deux gouttes de tea tree dans mon shampoing et lavant pour visage, cette huile soulage les irritations.
Pour les maux de tête j’étale de la menthe poivrée sur les tempes et je renouvelle toutes les 30 minutes si ça ne passe pas.

3. Le thé à la menthe


J’ai découvert que la menthe possède des vertus digestives. Elle apaise l’estomac et stimule la bile et donc la digestion grâce à sa concentration en fer et vitamine c. Je bois du thé à la menthe tous les jours sans exception. Ce n’est pas un remède miracle car elle ne me dégonfle pas le ventre mais m’aide dans la digestion et soulage quelques uns de mes symptômes.

4. Le miel

J’achète le miel de Manuka IAA 15+ de chez comptoir et compagnie sur Amazon. Pour le reste j’utilise diverses marques de préférence biologiques.

En menant certaines recherches j’ai découvert que consommer du miel tous les jours permet de soulager les brûlures d’estomacs, de limiter les remonter acides mais aussi les problèmes intestinaux, il a également de nombreuses autres bienfaits sur la santé et l’acné, je vous laisse les rechercher. Ses propriétés anti-inflammatoires peuvent aider au traitement du syndrome de l’intestin irritable.
Je vous avoue ne pas en consommer tous les jours mais régulièrement car les miels que je prends sont assez onéreux. J’ai choisi un miel qui vient uniquement de Nouvelle-Zélande (miel de manuka). Ce miel est le seul a posséder un indice de sa teneur en actif antibactérien exprimé en UMF (Unique Manuka Factor), MGO, ou en IAA en France. Plus l’indice est élevé et plus les propriétés anti bactériennes le sont. j’en consomme 1x par semaine.
Je consomme également d’autres types de miels régulièrement comme le miel de thym et d’oranger qui sont très bénéfiques pour la santé.
J’ai remarqué depuis ma consommation de miel que mes crises avaient diminuer,que j’avais beaucoup plus d’énergie et que je développais moins de maladies.

5. Le repos et la méditation


Lorsque je fais une crise, la première chose que je fais est me reposer (si je suis au travail, en rentrant). Afin de récupérer l’énergie perdue lors de la digestion il est nécessaire de faire une pause.
Et pour prévenir les crises accentuées par le stress, j’essaie régulièrement de méditer ou prier. Mettre une musique de la nature comme celle-ci, fermer les yeux et me détendre

6. Le sport


J’ai remarqué que c’est depuis que j’ai arrêté le sport en club que mes symptômes se sont accentués.
Il est d’ailleurs recommandé pour les personnes qui ont le syndrome de l’intestin irritable de faire du sport. Personnellement je n’en pratique pas tous les jours par manque de temps mais dès que possible. (Danse, marche, course, étirements…)

Pour conclure…

C’est déjà la fin de cet article. J’espère qu’il pourra vous aider à comprendre davantage votre corps. Pour rappel, je vous encourage si vous avez des problèmes à consulter un gastro-entérologue en passant par votre médecin généraliste.

Parmi tous mes conseils, le plus important selon moi est d’apprendre à écouter son corps lorsqu’il vous parle (douleur après un repas, crampes, ballonnements…). Ainsi vous comprendrez la source de votre mal-être (si cela provient d’un repas, noter tous les aliments allergènes et les exclure un petit moment pour voir comment réagit le corps).

Aussi, n’hésitez pas à me communiquer votre expérience personnelle face à cette pathologie, je pense que l’expérience et les conseils de chacun peuvent servir à améliorer la vie de quelqu’un d’autre… 🙂